pornolar sibel kekilli pornoları travesti porno sex videoları hd pornolar pornhub porno türbanlı sex seks hikaye türk seks hikaye seks fantezileri türbanlı seks hikaye erotik hikaye amat�r sex lezbiyen sikiş hd porno gay porno porno film izle rus porno sex izle t�rk pornolar asyali porno hd porno film izle mobil pornolar sik yalama canlı sohbet telefon sex telefonları seks itiraf cinsel hikaye porno hikaye türbanlı seks hikayeleri seks hikayeleri
19 Sep, 2018
mardi, 08 janvier 2013 00:49

Des travailleurs haïtiens occupent l’entrée du Ministère du Travail Dominicain

                                                                 Note de presse, 7 janvier 2012

Un mouvement sans précédent de revendications pacifiques d’ouvriers haïtiens fait l’actualité depuis le 14 décembre 2012 en République Dominicaine. Des travailleurs qui protestent contre la fermeture de l’entreprise de commercialisation de noix de cocos sans leur payer leurs prestations légales, se sont installés devant le Ministère du Travail situé à « La Feria » à Santo Domingo avec femmes et enfants depuis cette date.  

Les medias dominicains, particulièrement la presse télévisée et les journaux  ont assuré un suivi journalier de ce dossier avec des reportages sur les lieux mêmes ou fonctionnaient les entreprises de commercialisation de noix de cocos d’un grand propriétaire du nom de Rafael Luna Alonzo. « Coquera du Km 5 » et « Coquera Real »,ces deux entreprises auraient été déclarées en faillite de façon irrégulière selon les avocats des travailleurs. « Le Ministère du travail n’a pas respecté toutes les procédures légales et administratives de protection des ouvriers, ce qui lui donne une grave responsabilité dans cette affaire », a déclaré Me Carlos Sanchez, un militant des droits humains qui accuse du même coup Luna Alonso de trafic de personnes.  Une  Plainte a été formellement déposée par-devant le Ministère public et un tribunal de San Cristobal.

Cette revendication publique a suscité la solidarité de divers secteurs dominicains, notamment, les églises, syndicats et ONG qui offrent leur assistance à ces travailleurs par l’octroi de repas, médicaments et autres. De même, l’organisation binationale Fondation Zile (FZ), fondée par l’ex-ministre haïtien Edwin Paraison,  a maintenu un contact permanent avec les parties impliquées pour essayer de trouver une alternative à l’hébergement et l’assistance humanitaire soutenue  à  ces travailleurs en attendant qu’un tribunal se prononce sur leur cas.

La FZ a eu une rencontre avec la Ministre du travail Maritza Hernandez ainsi qu’un  contact téléphonique avec le Ministre dominicain de l’Intérieur Monchy Fadul et avec les avocats et les leaders du groupe de travailleurs.  Cité par le journal Hoy, Edwin Paraison, Directeur Exécutif de la fondation Zile,  a proposé qu’une garantie formelle soit accordée à ses compatriotes afin qu’ils ne seront pas rapatriés durant le processus légal en cours.

Les autorités migratoires dominicaines n’ont pas jusqu’ici agi contre le groupe quoique qu’ils soient en majorité sans papiers, considérant le fait qu’ils sont dans un litige légal. L’opinion publique est gagnée à cette cause et certaines rédactions de journal fait retomber la responsabilité de cette crise directement sur les organismes officiels dominicains.

Plusieurs secteurs ont critiqué l’indifférence des représentants diplomatiques haïtiens dans ce dossier, lesquels ont brillé par leur absence dans les différentes démarches entreprises pour une alternative humanitaire à la situation en attendant que l’aspect juridique soit résolu. A ce propos, le journal Hoy a publié des déclarations de Maximo Charles un des portes paroles du groupe se référant au chef de la mission diplomatique d’Haïti le Dr Fritz Cineas « Il n’a rien fait pour nous, nous n’existons pas pour lui », a affirmé le porte-parole.

Selon Maximo Charles, l’ambassade est venue une seule fois pour leur faire la proposition de « quitter les lieux et retourner en Haïti » sans aucune garantie. Me Carlos Sanchez, a considéré cette proposition comme une « injonction indécente et inacceptable ».

Même lorsque cette revendication a reçu l’appui solidaire des medias et de divers secteurs dominicains, après trois semaines, la situation commence à déranger les anti-haïtiens qui pointent du doigt la détérioration de l’environnement du Ministère du travail dont l’entrée est occupée par les travailleurs haïtiens en protestations.

 

GARR/Fondation Zile

 

 

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le lundi, 21 janvier 2013 17:18

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



pornolar hizli porno erotik porno porno dergisi satilik yavru kopek satilik yavru kopekleri satilik yavru kopek kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek oteli