13 Dec, 2018
mercredi, 11 décembre 2013 15:51

Le GARR plaide pour une solution durable en faveur des déplacés/es du séisme du 12 janvier Spécial

Des déplacés/es du camp Christopher, suite à une expulsion forcée Des déplacés/es du camp Christopher, suite à une expulsion forcée GARR

A l’occasion du 65ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, le GARR plaide pour la protection des droits des familles déplacées confrontées à de violentes expulsions forcées.  Ces violations graves ne font qu’empirer la situation de ces victimes livrées à elles-mêmes dans les camps d’hébergement, à l’approche du quatrième anniversaire du tremblement de terre.

La  situation est loin d’être agréable pour les  45,280 familles restant dans les abris de fortune. Outre les conditions exécrables dans lesquelles elles vivent, ces familles sont la cible de manière répétée des déguerpissements forcés exécutés au péril des groupes déjà vulnérables notamment des femmes, des enfants et des personnes âgées.

Selon le dernier rapport de l’OIM, sur les 306 sites enregistrés pour le mois d’octobre 2013, 103 camps estimés à 20 671 familles déplacées sont sous de grandes menaces d’expulsions forcées. Un nombre qui risque d’allonger la liste des expulsés/es qui s’élève déjà à environ 16 milles familles.

Le GARR se sent toujours préoccupé de la persistance des cas d’expulsions, des actes de malversations et d’abus corollaires qui s’ensuivent généralement à l’encontre des personnes déplacées.

Les 7 et 10 décembre 2013, plus d’une centaine de tentes et de maisonnettes ont été détruites à Titanyen (Nord de la Capitale) dans la zone appelée « Vilaj Mozayik », où des déplacés/es expulsés du camp Mozayik de Delmas 30 s’étaient réfugiés depuis mai 2012. Des hommes armés accompagnés d'agents de l’UDMO et du Commissariat de  Croix-des-Bouquets ont débarqué et brisé tout ce qu’ils ont trouvé sur leur passage. Cinq (5) personnes dont une femme enceinte et 4 hommes ont été blessées suite aux coups de fusils reçus au crane et au visage. Des enfants ont inhalé du gaz lacrymogène lancé par les destructeurs.

Le GARR dénonce énergiquement les brutalités qui accompagnaient cette expulsion prétendue être légale par ses exécutants. Il invite les concernés se réclamant propriétaires des terrains privés à négocier avec les autorités concernées afin d’offrir des alternatives viables aux victimes avant de procéder à toutes formes d’expulsions.

Plusieurs études ont montré que la réponse au logement post-séisme, n’intègre pas une approche globale incluant tous les facteurs liés à cette problématique. Ce qui fait que, parallèlement à l’exécution des programmes de relogement, les populations de Canaan, de Jérusalem, de Corail et des quartiers précaires augmentent.

 

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le mercredi, 11 décembre 2013 16:31

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle