19 Nov, 2018

Dans un message à l’occasion de la Journée mondiale contre la traite d’êtres humains célébrée le 30 juillet de chaque année, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres appelle à la protection et au soutien des victimes de traite des personnes. M. Guterres s’est dit déterminé à prendre des dispositions pour que les trafiquants soient traduits en justice.

Le GARR partage avec vous l’intégralité du message du Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres :

Les autorités de la migration dominicaine continuent de durcir le ton dans les opérations de rapatriement à la frontière haïtiano-dominicaine. Durant les six premiers mois de l’année 2018, 28873 cas de rapatriement et 680 retournés spontanés ont été recensés par le GARR  au niveau des points frontaliers officiels et non officiels. Beaucoup de mineurs non accompagnés ont été dénombrés parmi lesquels 124 ont été enregistrés par le GARR. Ces données statistiques, on se le rappelle, ne correspondent pas toujours à la totalité des migrantes et migrants rapatriés.  

 

Rochenel Jean, un migrant haïtien de 27 ans, a été sévèrement attaqué à l’arme blanche par 3 civils dominicains dans la nuit du 26 juin 2017. L’incident regrettable est survenu à Juan de Herrera, une municipalité de la province dominicaine de San Juan, a rapporté Louistan Dormévil, animateur du GARR à Belladère.

Les autorités de la migration dominicaine ont reconduit 60 migrants haïtiens à la frontière Anse-à-Pitres/Pedernales (Sud-est), le 20 juin 2018. De ce nombre, 34 ont été enregistrés par le GARR dont 31 hommes et 3 femmes.

Les autorités des Îles Turques-et-Caïques ont intercepté 102 migrants haïtiens au large de Providenciales tôt dans la matinée du mardi 19 juin 2018. Au nombre de ces ressortissants haïtiens, figurent 74 hommes, 27 femmes et un enfant dont le sexe n’a pas été révélé.

Ce 18 juin 2018 ramène le 18ème anniversaire du «Massacre de Guayubin » en République Dominicaine où six Haïtiens et  un ressortissant dominicain ont perdu la vie et plusieurs autres personnes avaient été blessées. Ce triste événement est survenu après que des militaires dominicains eurent ouvert le feu sur un véhicule qui transportait un groupe de personnes en majorité des Haïtiens. Certains des survivants ont été reconduits à la frontière de manière arbitraire, sans formalité. Les blessés n’avaient reçu aucune assistance médicale et les dépouilles des personnes qui ont été tuées avaient été inhumées immédiatement dans une fosse commune, en territoire dominicain, sans avoir été identifiées.

En présence de quelques acteurs d'Haïti et de la République Dominicaine qui interviennent dans la gestion et/ou le fonctionnement des marchés frontaliers, s'est tenue le 13 avril écoulé, à Jimaní, une présentation d'une étude portant sur les dynamiques de pouvoir, dans le cadre du projet Fowntyè San Fòs Kote Financé par l'Union Européenne.

Un atelier binational a été réalisé, les 26 et 27 avril 2018, conjointement par le GARR et OBMICA, sur la situation des personnes affectées par la sentence 168-13 de la République Dominicaine. Lors de ces deux journées, une étude sur la systématisation des profils non résolus par la loi 169-14 a été présentée à l’assistance.

 

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle