pornolar sibel kekilli pornoları travesti porno sex videoları hd pornolar pornhub porno türbanlı sex seks hikaye türk seks hikaye seks fantezileri türbanlı seks hikaye erotik hikaye amat�r sex lezbiyen sikiş hd porno gay porno porno film izle rus porno sex izle t�rk pornolar asyali porno hd porno film izle mobil pornolar sik yalama canlı sohbet telefon sex telefonları seks itiraf cinsel hikaye porno hikaye türbanlı seks hikayeleri seks hikayeleri
21 Sep, 2017
vendredi, 14 novembre 2014 21:19

Le Centre Robert F. Kennedy s’est dit préoccupé de la nouvelle politique d'Immigration des Bahamas Spécial

Une Haïtienne arrêtée avec son fils lors des raids massifs menés par des agents de l'immigration des Bahamas les 1er et 2 novembre 2014 Une Haïtienne arrêtée avec son fils lors des raids massifs menés par des agents de l'immigration des Bahamas les 1er et 2 novembre 2014 Photo: Google

Le Centre Robert  F. Kennedy (RFK) a exprimé ses inquiétudes par rapport  à l’application  discriminatoire  de nouvelles politiques d’immigration aux Bahamas. Selon les informations collectées par cet organisme de droits humains, les agents de l’immigration bahamienne ont mené des raids d’arrestation massive au sein de la communauté migrante haïtienne aux Bahamas, les 1er et 2 novembre 2014. Ils ont par la suite augmenté leur présence aux alentours des écoles publiques où il y a une forte concentration d’élèves nés de parents haïtiens.   

 

En effet les 1er  et 2 novembre 2014, les autorités bahamiennes ont mis en place une nouvelle politique d'immigration qui exige aux étrangers résidant dans cet archipel de prouver qu’ils sont autorisés à vivre ou à travailler dans le pays. Selon la Constitution, les enfants nés sur le territoire des Bahamas de parents étrangers sont admissibles à la citoyenneté des Bahamas quand ils ont 18 ans. Toutefois la nouvelle politique adoptée par le gouvernement bahamien exige que ces personnes obtiennent  un passeport du pays de leurs parents d'origine.

Selon les rapports des organisations de la société civile des Bahamas, les enfants nés sur le territoire bahamien de parents migrants, ont un délai de 30 jours pour demander et obtenir un passeport provenant du pays d'origine de leurs parents sinon ils seront expulsés. Et ce, en dépit d’importantes charges financières qu'impose cette nouvelle politique et sans tenir compte du délai de traitement ordinaire de plus de deux mois,  pour obtenir un passeport dans certains cas.

Alors que le gouvernement des Bahamas a insisté sur le fait que les mesures ne ciblent pas n'importe quel groupe national, les  organisations de droits humains ont constaté et dénoncé que les agents de l’immigration du pays ont ciblé les quartiers où il y a en majorité des migrants d'origine haïtienne. Le RFK  souligne avoir reçu un rapport selon lequel au moins une école publique  a été ciblée par les autorités bahamiennes qui ont exigé aux élèves dudit établissement de s’identifier pour accéder à la salle de classe.

« L’Etat a le droit d’exercer ses compétences, mais les rapports qui nous viennent indiquent que le gouvernement des Bahamas applique une politique discriminatoire. Ces nouvelles politiques signifient que des milliers d'enfants vivent désormais aux Bahamas dans la crainte d'arrestation arbitraire ou d'expulsion. Le gouvernement des Bahamas doit immédiatement s'acquitter de son obligation de protéger les enfants, quel que soit leur statut et quelle que soit leur appartenance ethnique.»,  a déclaré Kerry Kennedy, Président de cet organisme de droits humains.

Les médias ont indiqué qu'environ 70 personnes ont été arrêtées au cours du début du mois de novembre 2014, mais les organisations de la société civile bahamienne ont constaté que les arrestations effectuées s’estimaient à 450. De plus,  les conditions de détention surpeuplée ne correspondent pas aux normes d’hygiène adéquate. Le RFK a soutenu que bon nombre de personnes arrêtées le samedi 1er novembre, ont été contraintes de rester en détention jusqu'à ce que le Bureau de l'immigration ait rouvert le lundi 3 novembre afin que ces personnes puissent prouver leur statut valide. Beaucoup d’entre elles n'ont pas eu l’occasion d’aller chercher leurs conseillers juridiques, pour les défendre.

Soulignons que les rapports provenant des organisations de droits humains des Bahamas ont indiqué que le gouvernement met en péril les droits fondamentaux des personnes en détention, y compris leur droit à un procès équitable et à un traitement humain et de santé," a rappelé  Santiago A. Canton, directeur exécutif du Centre Robert F. Kennedy.

M. Canton a estimé que les nouvelles politiques d’immigration du gouvernent des Bahamas doivent immédiatement s’appliquer conformément aux normes internationales des droits de l'homme.

Le Centre Robert F. Kennedy pour la Justice et les Droits de l'Homme (RFK Center) a été fondé en 1968 par la famille et les amis de Robert F. Kennedy. Il vise à promouvoir la vision d’un monde plus juste et plus pacifique de Robert F. Kennedy, une mémoire vivante. 

 

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le vendredi, 14 novembre 2014 21:56

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



pornolar hizli porno erotik porno porno dergisi satilik yavru kopek satilik yavru kopekleri satilik yavru kopek kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek oteli