pornolar sibel kekilli pornoları travesti porno sex videoları hd pornolar pornhub porno türbanlı sex seks hikaye türk seks hikaye seks fantezileri türbanlı seks hikaye erotik hikaye amat�r sex lezbiyen sikiş hd porno gay porno porno film izle rus porno sex izle t�rk pornolar asyali porno hd porno film izle mobil pornolar sik yalama canlı sohbet telefon sex telefonları seks itiraf cinsel hikaye porno hikaye türbanlı seks hikayeleri seks hikayeleri
20 Nov, 2017

Des migrants de transit d’origine haïtienne se retrouvent bloquer depuis des mois dans plusieurs pays tels que le Chili, la Colombie, l’Equateur, le Nicaragua, le Panama, le Brésil, etc. Des organisations partenaires ont dressé un tableau sombre de la situation de ces migrant-e-s irréguliers installés dans des espaces improvisés, où beaucoup d’entre eux sont affamés et atteints de maladies. D’autres sont en proie à toutes formes de violences, d’extorsions, de viols, en raison de leur condition de vulnérabilité.

La Commission Interaméricaine des Droits de l'Homme (CIDH) a exprimé ses inquiétudes face à la situation dans laquelle vivent environ 1300 migrants bloqués à Turbo, une localité colombienne limitrophe du Panama.

Le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Refugiés (GARR) salue la présence dans les zones frontalières de plusieurs organisations nationales et internationales qui, depuis la fin du PNRE en juin 2015, commençaient à s’intéresser à la frontière haïtiano-dominicaine ou au binational, pour répéter le mot à la mode. Il met toutefois en garde contre toute tentative de certaines structures qui, voulant capter l’attention,  déforment les faits et grossissent les chiffres au détriment de la cause des rapatrié-e-s.

 

 

Le  Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR), le Comité National de Lutte contre la Traite des Personnes (CNLTP) et l’Observatoire Haïtien sur la Traite et le Trafic de personnes s’unissent pour lutter contre la traite des personnes en Haïti. Lors d’une conférence de presse tenue au local du GARR, le 29 juillet 2016, en prélude à la Journée mondiale de la dignité des victimes de la traite d’êtres humains, ces instituions projettent de lancer une campagne pour sensibiliser la population haïtienne sur ce phénomène.

Les ressortissants haïtiens continuent d’être victimes d’actes de violence dans les opérations de rapatriement à la frontière haïtiano-dominicaine. Humiliation, bousculades, gifles, propos démoralisants, emprisonnement, travaux forcés, tels sont les maux infligés à certains d’entre eux depuis leur appréhension jusqu’à leur reconduction à la frontière par les autorités dominicaines.

Lors d'une conférence de presse organisée ce mardi 26 juillet 2016, le GARR et le SJM-Haïti font état de leur préoccupation par rapport à la situation des migrant-e-s haitiens installé-e-s dans un espace improvisé à Turbo, une localité frontalière de la Colombie limitrophe à Panama.  Le GARR partage avec ses abonné-e-s la version intégrale du communiqué présenté en la circonstance.

Le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR) salue la décision du gouvernement dominicain d’étendre jusqu’au mois de juillet 2017 la validité de 143,000 permis de séjour migratoire des étrangers en République Dominicaine dont 130,000 immigrants haïtiens. Ces documents ne seraient plus valides dès le 17 juillet 2016.  Il dit prendre  note également de la déclaration faite par l’ambassadeur d’Haïti en République Dominicaine, Idalbert Pierre Jean, qui promet aux ressortissants haïtiens des documents avant l’expiration de l'extension.

Des ateliers d’échanges sont lancés dans des communautés frontalières telles que Belladère, Malpasse, Ouanaminthe et Anse-à-Pitre. Organisés sous le thème :  « Migrasyon ak Dwa moun ; sitiyasyon Ayisyen k ap sòti Ladominikani jounen jodi a », Ces ateliers visent à réfléchir avec les leaders d’opinions de ces communautés sur la situation des rapatrié-e-s venu-e-s de la République Dominicaine et à dégager des éléments de solutions pour améliorer l’accueil au niveau de la frontière.

Daniel Gabaud, ressortissant haïtien et propriétaire d’un bar à la frontière de Ouanaminthe (Nord-est d’Haïti) a été sévèrement maltraité par des civils dominicains membres de l’association des chauffeurs de taxi moto à Dajabón, République Dominicaine, a rapporté Jésula Blanc, représentante du GARR basée dans ladite commune frontalière. L’incident malheureux est survenu le lundi 11 juillet 2016, jour de marché frontalier dominicain.

Au cours d’une intervention dans la presse dominicaine, le mardi 5 juillet 2016, le ministre dominicain de l’intérieur et de la police,  José Ramón Fadul, a rappelé  que le 17 juillet 2016 est la date d’expiration du permis de séjour de 143 000 bénéficiaires étrangers.  Une déclaration qui préoccupe les ressortissants haïtiens qui résident sur le territoire dominicain dont 130 000 sont concernés par cette mesure. 

Login Form



pornolar hizli porno erotik porno porno dergisi satilik yavru kopek satilik yavru kopekleri satilik yavru kopek kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek oteli