18 Dec, 2018
mardi, 18 juillet 2017 16:06

Mouvement de protestation à Carisal/Elias Piña Spécial

Les activités commerciales ont été une fois de plus paralysées au marché frontalier de Carisal/Elias Piña (Centre), le lundi 17 juillet 2017. Des commerçantes et commerçants haïtiens manifestaient leur mécontentement contre l’incident qui s’était produit le 14 juillet écoulé où les pneus du véhicule d’un commerçant haïtien avaient été mis à plat par un projectile provenant d’une arme d’un militaire dominicain qui en était sorti blessé.

Les activités commerciales ont été paralysées pendant une demi-heure dans la matinée du vendredi 14 juillet 2017, au point frontalier de Carisal/Elias Piña. A l’origine, un militaire dominicain s’est blessé par balle au pied en voulant vérifier une cargaison de marchandises que transportait un chauffeur haïtien en provenance de la République Dominicaine, a rapporté Ulrick Camille, animateur du GARR basé dans ladite commune frontalière.

Les travailleurs transfrontaliers et les commerçants haïtiens n’ont plus accès en République Dominicaine sans avoir un passeport valide muni d’un visa dominicain. Cette nouvelle mesure qui serait adoptée par le gouvernement dominicain sans tenir informé son homologue haïtien est entrée en vigueur le 11 juillet 2017,  a observé le GARR.

jeudi, 13 juillet 2017 18:50

102 migrants rapatriés au Cap-Haïtien Spécial

Les gardes côtes américains ont rapatrié au Cap-Haïtien (Nord d’Haïti), le 12 juillet 2017, cent deux (102) ressortissants haïtiens qui étaient à bord d’une embarcation de fortune. Ces migrants qui voyageaient de manière clandestine à destination des Etats-Unis se trouvaient à environ 22 miles au sud de ‘’ Great Inagua’’,  Bahamas, quand ils ont été interceptés, le 11 juillet écoulé, a appris le GARR.

Les autorités dominicaines n’entendent pas lâcher prise avec les opérations de rapatriement. 30486 migrantes et migrants haïtiens ont été contraints de traverser la frontière haïtiano-dominicaine de janvier à juin 2017. De ce nombre,  14179 rapatriés et 16307 retournés ont été enregistrés au niveau de trois des quatre points frontaliers officiels d’Haïti et de la République Dominicaine.

Le corps sans vie d’une étudiante haïtienne Miguelita Marie Sheelove Thomas, 24 ans, a été retrouvé le 22 juin 2017 à Las Americas, à l’Est de Santo Domingo. Elle était en niveau III en Sciences administratives et Entreprises à l’université dominicaine Catolica, a rapporté Marie Smelt Fabienne Viltus, une proche de la victime.

Un adolescent  haïtien âgé d’environ 13 ans dont l’identité n’a pas été révélée  a été tué lors d’une opération de rapatriements de migrantes et migrants haïtiens à Neyba, République Dominicaine, le 20 juin 2017.

Ce 20 juin 2017 ramène la 16ème commémoration de la Journée mondiale du réfugié,  journée internationale ayant pour but de sensibiliser à la cause des réfugiés du monde. Le GARR en profite pour partager avec vous l’intégralité de la déclaration de Filippo Grandi, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés, en cette occasion.

Anobert François, impliqué dans la traite d’une adolescente de 13 ans à Thomassique (département du Centre), a été libéré  le 1er juin 2017 sans la tenue d’un jugement, a observé le GARR qui suivait l’affaire par devant la justice. Selon un parent de la mineure, l’inculpé est un voisin de la famille de la victime qui réside à Boc Banic, localité de Thomassique. Il revient sans gêne au quartier en menaçant de régler son compte avec les proches de la victime.

Ce 17 juin 2017 est la date d’expiration de toutes les cartes de régularisation fournies aux migrantes et migrants haïtiens dans le cadre du Plan National de Régularisation des Etrangers (PNRE) en République Dominicaine. Adopté en mai 2014 suite au scandale mondial provoqué par l’adoption de l’Arrêt TC 168-13, ce plan avait permis à environ 239 000 immigrantes et immigrants, en majorité des ressortissantes et ressortissants haïtiens, en situation irrégulière d’obtenir un permis de séjour temporaire mais force est de constater  que leur problème n’était pas résolu. Tous les permis étaient valables seulement pour une durée d’un à deux ans. Les autorités dominicaines ne disent rien de ce qui advient des cas de ces migrant(e)s dont la situation a été « régularisée ». Actuellement, les personnes concernées vivent dans la plus grande inquiétude devant  la menace de se faire rapatrier comme des centaines de milliers d’autres dont la situation n’avait pas été régularisée.  

                                                                                                   

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle