17 Dec, 2018

Dans une note officielle transmise le 22 octobre 2014, la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH) a rendu publique la sentence relative à l’affaire : "Personnes dominicaines et haïtiennes expulsées versus République Dominicaine".

Un ressortissant haïtien de 35 ans connu sous le nom de Cédieu Jassainte a été abattu par balles à Santo Dominigo,  le  20 septembre 2014, par un policier dominicain qui lui avait réclamé de l’argent. La victime s’adonnait à des ventes de fritures dans la capitale dominicaine, a rapporté Roudy Joseph, un collaborateur du GARR en République Dominicaine.

Des ressortissants-es haïtiens, en majorité des travailleurs de canne-à-sucre provenant des bateys dominicains, ont organisé, le mercredi 20 août 2014, un sit-in devant les locaux de l’Ambassade d’Haïti à Santo Domingo pour exiger gratuitement des autorités haïtiennes des documents d’identité, a appris le GARR.

60 ressortissants haïtiens ont été refoulés au portail frontalier de Jimani/Malasse, le 15 août 2014. Parmi ces personnes  figurent 38 hommes, 13 femmes, une fille de 13 ans et 8 enfants de 0 à 4 ans accompagnés de leurs parents, a appris le GARR.

Après maints reports des pourparlers initiés le 7 janvier 2014  par les autorités haïtiennes et  dominicaines autour des dossiers importants pour les deux peuples de l’île, une 3ème rencontre binationale a enfin eu lieu à Juan-Dolio, République Dominicaine,  ce jeudi 10 juillet 2014.  Cependant, malgré la décision arrêtée lors de la 2ème rencontre binationale par les autorités haïtiennes et dominicaines d’impliquer les sociétés civiles des deux pays dans les prochaines rencontres binationales, aucun représentant de ces dernières n’a été contacté.

 

 

Dans un communiqué en date du 25 juin 2014, des organisations d’immigrants-es haïtiens en République Dominicaine appellent les autorités haïtiennes à mettre en place urgemment un processus spécial de dotation de documents aux ressortissants-es haïtiens en territoire voisin. Ce qui facilitera leur enregistrement au Plan National de Régularisation des Etrangers en situation migratoire irrégulière (PNRE). Selon ces organisations, le processus doit être gratuit, simple et accessible à tous les migrants-es haïtiens.


 

Ci-joint l’intégralité de la note:

Page 3 sur 3

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle